Actualités

Assemblée générale 2016

Le groupe a en effet rendu compte de son activité clôturée en juin dernier, c’est-à-dire d’une période intégrant la récolte 2015 puis sa commercialisation dans les mois qui ont suivis. Les résultats ont été globalement bons avec un chiffre d’affaires en augmentation de 7% par rapport à l’exercice précédent. Ces bons résultats ont été portés par une collecte de grains abondante (1 899 000 tonnes, en augmentation de 10%), suite aux rendements élevés de la moisson 2015. Mais depuis, la récolte de cet été 2016 a été une des plus mauvaises que l’on n’ait jamais connue. Ce qui a amené la coopérative à déclencher en septembre dernier un plan de soutien avec 10 mesures exceptionnelles. A cela s’ajoute, l’ensemble des ristournes et intérêts versées représentant 6,1 millions d’euros. L’assemblée générale a effectivement validé la proposition du Conseil d’administration de poursuivre ces mesures exceptionnelles par une distribution importante du résultat trés satisfaisant obtenu suite à la bonne campagne 2015-2016. Cette collecte 2015 historique et le redressement progressif de la filière légumes confortent un bilan qui reste solide. Il permet d’affronter la conjoncture actuelle difficile et de continuer à préparer l’avenir en investissant et diversifiant.

Durant l’après-midi, Stéphane Marcel a interpellé les invités de l’AG de Cap Seine.

IMG_3765

Le directeur général de Smag, 1er acteur du logiciel agricole et filiale d’InVivo, a sur un ton volontairement provocateur décrit une situation dans laquelle l’agriculture pourrait se laisser déposséder de son pouvoir de décision au profit des géants du numérique. Son objectif : préciser que par la mutualisation et le gain collectif, accompagnés par leur coopérative, les agriculteurs pouvaient rester au cœur du système en profitant de tous les progrès des technologies. Selon lui, pour profiter de toute cette révolution les agriculteurs et leur coopérative doivent rester pragmatiques mais accepter de changer de mode de fonctionnement pour pouvoir accueillir ces technologies et les ruptures qu’elles génèrent. Elles nous permettront de passer d’une ère post traumatique à l’anticipation.

Le métier originel de paysan va se transformer en celui de chef d’entreprise multicompétent et polyvalent qui raisonne marges, productivité, environnement.. et tout ça dans un univers volatil avec une réglementation qui évolue sans cesse, et une société civile en demande de transparence.

Satellites, drones, robots de traites, applications et communication connectée… Cap Seine est depuis longtemps engagée dans la transition numérique… Elle y est entrée par l’agriculture de précision, pilier de l’agriculture de demain.

Les experts de Cap Seine ont présenté lors d’une table ronde, les principales avancées de la coopérative concernant les nouvelles technologies et la révolution numérique, tant au travers de l’exemple historique et très mature de be Api que des évolutions dans le conseil en élevage, des premières étapes de dématérialisation et de partage de données, ou encore avec l’automatisation des ponts bascules et un premier test de transmission en direct des informations sur le smartphone de l’agriculteur.

Capture_ag2016

Actualités